Nouveauté:  Une démonstration d’hypnose en formation par Barbara Briqmane

Posté le 19 mars 2018 à 13h04

 

Thème : Hypnose kinesthésique pour sujet avec anxiété de vie généralisée”

L’hypnose qui suit a été faite pour une participante qui me dit avoir une phobie de l’avion. Après une anamnèse selon la grille de Palo Alto, le problème apparaît plus précisément être un état anxieux généralisé bien maîtrisé mais latent dans la vie du sujet. Elle a déjà une bonne expérience de la transe et me dit n’avoir jamais rien “vu” en transe mais par contre elle “ressent”. Je choisis donc de privilégier le canal kinesthésique et d’ouvrir plus loin sur la possibilité de l’émergence d’images. En effet, plus nous pratiquons la transe plus notre VAKOG de base s’élargit. Elle nous dira à la fin de l’hypnose avoir effectivement eu pour la première fois des images claires dans la transe.

Je vais te demander déjà de te mettre dans ton espace mental, à ton propre rythme...   Je vais te demander, là, de simplement, vraiment, d’abord prendre contact avec ici et maintenant. Peut-être qu’il y a quelque chose que je vais répéter : “la seule et unique chose qui compte et qui a de l’importance, c’est l’instant présent, ici et maintenant” et ici et maintenant est un moment éternel qui est en permanence en train de bouger. Si nous essayons de saisir l’instant présent nous pouvons juste accepter que c’est insaisissable, que ce qui était vrai il y a une seconde ne sera peut-être plus vrai la seconde qui suit, que tout peut évoluer, que tout peut changer, que tout peut être transformé... et ton inconscient sait déjà exactement toute l’opportunité qu’il peut y avoir ici pour permettre dans l’instant qui suivra qu’il y ait quelque chose de nouveau pour toi, quelque chose de peut-être étrange dans un premier temps et qui avec le temps deviendra familier, familier parce que c’est notre nature, parce que c’est la nature au plus profond de toi, que tu vas pouvoir retrouver ce qui était hier une réalité, parce que cette petite fille que tu as été, elle, a connu, même si c’était il y a très, très longtemps une confiance, une sécurité...

Alors ici et maintenant, dans ce lieu, dans cette pièce tu observes, tu observes tes sensations, tu observes au hasard de mes mots et de tes pensées,  parce que tu sais que tu n’es pas obligée de suivre tous mes mots, les sensations dans tes pieds peut être le chaud peut être le frais, ou les mains, peut être que tu vas ressentir des picotements, des fourmillements dans une jambe qui attirent ton attention, dans une épaule, tu sens la chaleur agréable de ton écharpe autour de ton cou, à chaque inspiration tes poumons se gonflent d’air et je te demande de mettre ton attention sur cette sensation de l’air, de suivre le chemin de l’oxygène, très bien..., chaque inspiration, l’air est déjà plus frais quand tu inspires … très bien , d’observer qu’à chaque expiration l’air est plus chaud et entre l’inspiration et l’expiration, il y a donc tout un monde de transformation et de mutation qui se sont faites, des changements dans ton corps, car toutes tes cellules vivent leur vie et il y a des cellules dans ton corps qui sont mortes dans les fractions de secondes qui ont précédé , des cellules qui sont mortes, des cellules qui se sont transformées, tout ton corps est en mutation permanente, la seule chose qui ne change pas c’est que tout change en permanence. Et c’est une chose étrange et curieuse de commencer à percevoir, à ressentir, cette vie à l’intérieur de toi, de percevoir ce mouvement, très bien, ce rythme … et il y a plusieurs rythmes à l’intérieur de nous, il y a plusieurs tempos, le rythme des battements de ton cœur,  il y a le rythme de ton système digestif, il y a des rythmes qui se balancent avec sur des ondes circadiennes, toutes sortes de mouvements de respirations... chaque cellule respire à son propre rythme . Ressens tout ce mouvement jusque dans le bout des doigts , à la lisière de la peau, jusque dans la moelle épinière, ressens la présence de ton corps et la vie qui circule … c’est comme un immense univers bruissant de bruits, de mouvements, de sensations d’explosion avec cette énergie, ce courant de pensée, ce courant d’électricité, ce courant de vie, ce flux qui anime tout, qui relie tout, de ces chemins et de ces circuits synaptiques dans ton cerveau, de toutes ces pensées qui s’associent les unes aux autres, qui font des connexions qui provoquent parfois une pensée ou une autre, parfois même un flash mental et il y a l’instant présent, qui seul compte et il y a bien, bien, bien longtemps, une petite fille, une petite fille qui aimait tellement son papa sa maman, une petite fille qui s’est mis à veiller sur eux et tu peux te rappeler, te rappeler à ton rythme, l’amour extraordinaire, débordant, qui s’est exprimé, en se mettant à imprimer, comme un éponge, comme un paratonnerre, à éponger peurs, tristesse. Cette petite fille est devenue extrêmement douée, extrêmement efficace, et elle a longtemps, longtemps, longtemps été dans cette position comme une gardienne, une vigie, qui veille qui protège, qui ne peut pas fléchir, qui ne peut pas se permettre le luxe d’avoir peur ou d’être triste, et qui absorbe, et je veux te dire S., à la petite S. en toi qu’elle a vraiment bien travaillé, je voudrais que tu la remercies, que tu voies à sa juste valeur à quel point elle a été merveilleuse. Et maintenant, parce que tu es là S., parce que l’adulte que tu es aujourd’hui, peut commencer à la libérer, je voudrais que tu lui dises que tu lui permets là maintenant de pouvoir enfin être relevée de ces gardes permanentes. Ce qui n’a pas été vécu, ne peut pas être vécu. Et il y a des choses que tu n’as pas pu vivre enfant et qui ne seront pas vécues, mais tu peux lui permettre, là, à l’intérieur de toi, ici et maintenant, de toi à toi, de pouvoir enfin être libre. Et c’est comme si il y avait quelque chose à l’intérieur de toi, peut-être dans ta poitrine, peut-être dans ton ventre, qui était tout le temps un peu trop serré, un peu étouffé. Tu desserres ces liens. Je ne sais pas comment tu fais cela, mais quelque chose se détend, se relâche, quelque chose...respire autrement, respire plus librement, comme des ailes qui se déploient, comme une poitrine serrée dans un corset qui, respire plus profondément, tu peux aller là où tu le ressens mais cette petite fille a tellement besoin là maintenant de courir et de rire et de pleurer peut être, de crier ou d’avoir peur. Et toi tu ressens, tu ressens à l’intérieur de toi et je ne sais pas où ça se passe exactement, juste cette énergie, cette énergie qui tout d’un coup se déploie. Et tu sais qu’elle peut le faire maintenant parce qu’il y a assez de place à l’intérieur de toi pour la contenir, pour veiller sur elle, pour la protéger, ce n’est plus elle qui doit veiller sur les autres, c’est toi qui veilles sur elle. Et maintenant, là, au cœur de tes pensées elle peut, elle peut enfin avoir le droit de s’exprimer, de prononcer tous les mots interdits, tous les mots qui font peur, tous les mots que les adultes ne veulent pas entendre. Toi tu peux maintenant les entendre pour être exactement ce qu’elle veut être, une petite fille qui sait que l’adulte que tu es n’a pas de tabou, parce que plus elle est libre, plus elle s’exprime, plus elle se libère de tout ce qui ne lui appartient pas, de tout ce qu’elle a absorbé, de la peur des autres qui n’était pas la sienne. Comme une indigestion elle a besoin de cracher, de vomir tout ça, de libérer, de nettoyer, d’éliminer. Peut-être que tu vas entendre tous les mots, tous les mots interdits, elle va les crier très fort. Elle va te tester, elle va voir si tu la laisses vraiment, laisse la hurler les mots: cancer, AVC, accident, mort, enterrement... Elle continue, elle connaît mieux les mots que moi, sois forte S. pour elle, écoute la, laisse lui le droit, ce n’est qu’une petite fille et c’est trop lourd pour elle, elle découvre à quel point tu es forte, pour elle, très bien, très bien S. ...et plus elle lâche et plus elle commence à se détendre et peut être que tu vas sentir quelque chose dans ton corps, de l’ordre d’une libération, comme des sensations de picotements, de chatouilles, de fourmillements, là dans tes muscles, dans tes fibres, dans tes tissus, en profondeur, quelque chose se donne enfin le droit d’aller au maximum de la détente, d’être libre, plus de limites, plus d’interdits, quelque chose qui respire et qui peut donc vivre et ressentir, profiter de chacun des battements de ton cœur, et sentir comme ce son est beau et rassurant. Et toi tu vas savoir trouver les mots pour la rassurer quand elle aura peur, tu vas savoir l’aider quand elle sera triste, tu vas découvrir tout d’un coup qu’il y a cette part de toi qui se libère maintenant sur laquelle tu vas pouvoir compter, tu vas découvrir qu’il y a des tonnes d’énergie qu’elle a en elle, des tonnes de besoins, de rêves, d’attentes. Et maintenant que tu vas pouvoir penser à toi il y a des choses étranges que tu vas te mettre à faire et que tu n’avais pas le droit de faire avant parce que tu devais veiller sur les autres, tu n’avais pas le droit de te mettre en danger. Et là, tu vas pouvoir, en toute sécurité prendre les risques que la vie nous demande de prendre, le risque d’aimer, d’être aimée, le risque de faire confiance, de se faire confiance. Ressens cela. Et je ne sais pas comment tout cela prend place à l’intérieur de toi, comment tout cela se remet, dans l’instant présent, ici et maintenant, comme une pièce de puzzle, plusieurs en même temps qui tout d’un coup font un chemin, un dessin. La petite qui est là, bien à l’abri à l’intérieur de toi, protégée, libre de pouvoir étendre ses bras, ses pensées, bien encadrée, dans l’instant présent, ici et maintenant, de l’inspiration du début à l’expiration de la fin, tu sens tous les changements, toutes les mises en place. Et petit à petit, en t’étirant, en revenant vers moi, tu vas sentir que les dernières pièces se remettent en place exactement là où elles ont toujours dû être, là où elles ont toujours été. Et tu ne sais pas exactement à quoi tu vas percevoir que quelque chose est différent. Est-ce que tu vas avoir envie de prendre un billet d’avion et de vérifier que bizarrement alors que tu attends tous les signaux habituels de la peur, que bizarrement c’est plutôt une sorte d’excitation qui vient. Je ne sais pas...

Est-ce que c’est à ça que tu verras que quelque chose est différent. Peut-être en fait que tu vas étrangement te rendre compte que tu as pris ce billet d’avion et que tu auras presque oublié, oublié tout ce que nous venons de faire ici, et que c’est dans quelques mois, dans quelques mois seulement que tu réaliseras ces choses qui se sont remises en place. Ton inconscient te connait tellement mieux que moi, je lui fais totalement confiance sur comment les choses vont se mettre en place. Et tu sauras toi aussi alors, à quel point ton inconscient est là pour toi et qu’il a fait cela...Je vais compter jusqu’à 3 S., 1 avec toute l’énergie d’éveil qui est déjà là tu vas pouvoir t’étirer, respirer, bouger, étirer tes muscles, 2 en reprenant contact avec ici et maintenant, avec la réalité et 3 en soufflant bien. Hello, coucou.

Une hypnose éricksonienne est toujours unique, faite sur mesure pour le sujet qui en a besoin. Elle est le résultat d’un instant, d’une rencontre entre les inconscients de “ l’hypnotisé” et de “l’hypnotisant”. Je le rappelle, la seule chose qui compte vraiment “c’est l’instant présent”: mouvant, jamais identique, toujours surprenant...

 

Toutes les news